Les Concertos brandebourgeois de Bach

mendzel-article-tt-width-978-height-383-

Composés entre 1718 et 1721, les 6 Concertos Brandebourgeois représentent une diversité d’écriture proprement stupéfiante. Le choix des instruments, la forme des pièces, le jeu subtil entre éléments rythmiques issus des danses populaires et contrepoint savant, chaque élément semble synthétiser l’art musical du début du XVIIIe siècle. 

Stabat Mater de  Giovanni Battista Pergolesi (Pergolèse)

Stabat-Mater.png

Une œuvre musicale religieuse écrite par Giovanni Battista Pergolesi (Pergolèse) en 1736, deux mois avant sa mort, dans le monastère de Pouzzoles.

Dernière œuvre du compositeur, qui meurt des suites d'une tuberculose à l'âge de 26 ans, elle est écrite pour deux voix chantées (traditionnellement soprano et alto, sans doute des castrats) et un petit ensemble instrumental comprenant cordes et basse continue. C'est aujourd'hui la composition la plus populaire de Pergolèse.

Quatre saisons de Antonio Vivaldi

La-primavera-ha-inspirado-estas-obras-ma

Quatre concertos pour violon.L'œuvre est accompagnée de quatre sonnets attribués à Vivaldi décrivant le déroulement des saisons. Sur la partition, le compositeur précise les correspondances avec les poèmes, explicitant même certains détails (aboiements de chien, noms d'oiseaux : coucou, tourterelle, pinson…)

Les indes galantes de Jean Philippe Rameau

Les-danses-de-la-pipe-et-du-Tomahawk-de-

Il est composé d'un prologue et de quatre entrées, sur un livret de Louis Fuzelier. Cette œuvre est généralement considérée comme la plus représentative et le chef-d'œuvre du genre de l'opéra-ballet. C'est aussi celle qui aujourd'hui est la plus représentée parmi les œuvres lyriques de Rameau.

"Forêts paisibles"

C’est la scène de la cérémonie du grand calumet de la paix. Elle est introduite par une danse. La partie vocale se superpose ensuite sur la reprise de la danse.

16940840_303.jpg

Un grand motet versaillais (forme musicale née à la cour de Louis XIV). Il a été composé entre 1688 et 1698, durant le séjour du compositeur à l'église jésuite Saint-Louis, à Paris, où il était directeur musical1 (en fait maître de musique, c'est-à-dire, en langage moderne, maître de chapelle). L’œuvre est écrite pour chœur, solistes et ensemble instrumental (orchestre).

Ce Te Deum est connu pour son prélude dont les huit mesures introductives servent d’indicatif à l’Eurovision